Lecture-imaginaire

Communauté de lecteurs pour partager nos lectures : fantastique, fantasy, science-fiction, bit-lit, etc.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Histoire Sans Fin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Assidu
avatar

Masculin Inscrit le : 17/01/2013
Messages : 359

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: L'Histoire Sans Fin   Mer 23 Jan - 10:15

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui.
Sans un mot, le chien-loup disparu dans la forêt, et bientôt Cunégonde du courir pour le rattraper. Il lui avait peut être caché sa parole, mais il restait aussi son plus fidèle amis. Enfin, son seul amis !
Alors qu'elle courrait a perdre haleine entre les jeunes arbres des abords de la forêt elle se rendit compte que la lumière allait faiblissante, une étrange et oppressante brume verte se dégageait des sous-bois et sa course se ralenti quand l’air poisseux devint presque palpable. -Reviens Ti-Rex, cria-t-elle...
Cunégonde se mit alors à tousser, la vue brouillée par un flot de larmes ininterrompu à cause de la brume verte, corrosive. Son esprit vascillait, elle voyait les arbres tourner autour d'elle et se sentit tomber au sol... Pour se réveiller quelques heures plus tard dans la position inconfortable qu'avait créer sa chute.
Elle n'arrivait pas à rassembler de pensée cohérente, elle senti quelque chose s'approcher, puis eu à peine conscience que ses vêtements se tendaient sous elle et que la cime des arbres commençait à bouger, elle senti une larme rouler sur sa joue alors que les ténèbres emplissaient à nouveau sa vue, ses lèvres formèrent un dernier mot, telle une prière aux dieux ''excuse-m...'' la vague de tristesse qui emplit la jeune fille dura un instant puis s'évapora dans le néant.
Elle retrouva son courage de guerrière et se leva d'un bond. La tête lui tourna quelques secondes, mais à peine cela avait cessé qu'elle était prête à repartir à la recherche de son nain de poche.
L’absence de son soi-disant seul ami ne lui avait pas sauté aux yeux car elle avait toujours été égoïste. Certain la disait même sans cœur mais elle n’avait que faire des racontars, tout ce qui l’intéressait c’était les bananes. Son obsession était telle qu’elle n’avait jamais compris l’allusion phallique sous-jacente de l’objet de sa quête. Toute à ses pensées elle fut surprise par un cri de douleur qui lui vrillait ses tympans. Déboussolée, elle se rendit compte que ce cri sortait de ses propres lèvres, causé par une cuisante douleur à son mollet. "La brume verte est un enchantement des fées, tu tournes en rond depuis tout à l'heure en divaguant ! Tu devrais rester sur tes gardes, elles tentent de te faire douter de toi-même." dit le Loup, recrachant un bout sanguinolent du pantalon de Cunégonde.
"C'est de toi que je commence a douter..."
La fille lorgnait la bouche sanglante du loup, après tout lui aussi pouvait être la victime des fées et cette gueule pleine de dents ne lui disait rien qui vaille. ils se contemplèrent ainsi pendant un moment mais furent distraient par une étrange mélopée s'élevant un peu plus loin.
"Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyehwgah’nagl fhtagn"
S'approchant aussi discrètement que possible ils découvrirent une clairière au coeur de laquelle ce qui semblait être des fée en toge noir poussait leur étrange chant guttural. Elles se tenaient en cercle autour de huit hautes pierre. Il fallait agir prudemment et
Revenir en haut Aller en bas
Grand Dragon
avatar

Féminin Age : 24
Inscrit le : 20/12/2012
Messages : 3666
Localisation : Castelcerf
Autre : Libraire :)

Voir le profil de l'utilisateur http://le-dragon-qui-lit.blogspot.com

MessageSujet: Re: L'Histoire Sans Fin   Mer 23 Jan - 13:03

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui.
Sans un mot, le chien-loup disparu dans la forêt, et bientôt Cunégonde du courir pour le rattraper. Il lui avait peut être caché sa parole, mais il restait aussi son plus fidèle amis. Enfin, son seul amis !
Alors qu'elle courrait a perdre haleine entre les jeunes arbres des abords de la forêt elle se rendit compte que la lumière allait faiblissante, une étrange et oppressante brume verte se dégageait des sous-bois et sa course se ralenti quand l’air poisseux devint presque palpable. -Reviens Ti-Rex, cria-t-elle...
Cunégonde se mit alors à tousser, la vue brouillée par un flot de larmes ininterrompu à cause de la brume verte, corrosive. Son esprit vascillait, elle voyait les arbres tourner autour d'elle et se sentit tomber au sol... Pour se réveiller quelques heures plus tard dans la position inconfortable qu'avait créer sa chute.
Elle n'arrivait pas à rassembler de pensée cohérente, elle senti quelque chose s'approcher, puis eu à peine conscience que ses vêtements se tendaient sous elle et que la cime des arbres commençait à bouger, elle senti une larme rouler sur sa joue alors que les ténèbres emplissaient à nouveau sa vue, ses lèvres formèrent un dernier mot, telle une prière aux dieux ''excuse-m...'' la vague de tristesse qui emplit la jeune fille dura un instant puis s'évapora dans le néant.
Elle retrouva son courage de guerrière et se leva d'un bond. La tête lui tourna quelques secondes, mais à peine cela avait cessé qu'elle était prête à repartir à la recherche de son nain de poche.
L’absence de son soi-disant seul ami ne lui avait pas sauté aux yeux car elle avait toujours été égoïste. Certain la disait même sans cœur mais elle n’avait que faire des racontars, tout ce qui l’intéressait c’était les bananes. Son obsession était telle qu’elle n’avait jamais compris l’allusion phallique sous-jacente de l’objet de sa quête. Toute à ses pensées elle fut surprise par un cri de douleur qui lui vrillait ses tympans. Déboussolée, elle se rendit compte que ce cri sortait de ses propres lèvres, causé par une cuisante douleur à son mollet. "La brume verte est un enchantement des fées, tu tournes en rond depuis tout à l'heure en divaguant ! Tu devrais rester sur tes gardes, elles tentent de te faire douter de toi-même." dit le Loup, recrachant un bout sanguinolent du pantalon de Cunégonde.
"C'est de toi que je commence a douter..."
La fille lorgnait la bouche sanglante du loup, après tout lui aussi pouvait être la victime des fées et cette gueule pleine de dents ne lui disait rien qui vaille. ils se contemplèrent ainsi pendant un moment mais furent distraient par une étrange mélopée s'élevant un peu plus loin.
"Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyehwgah’nagl fhtagn"
S'approchant aussi discrètement que possible ils découvrirent une clairière au coeur de laquelle ce qui semblait être des fée en toge noir poussait leur étrange chant guttural. Elles se tenaient en cercle autour de huit hautes pierre. Il fallait agir prudemment et trouver un moyen de contourner la clairière. Mais avant que Cunégonde n'ait pu faire un mouvement, une des fées se tourna vers elle et dit:
"Nous t'attendions, Cunégonde. Nous savons ce qui t'amène ici, et pour parvenir à tes fins tu devras accomplir cinq missions."
Je crains le pire...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Fidèle
avatar

Masculin Age : 22
Inscrit le : 16/01/2013
Messages : 655
Localisation : Belgique
Livre en cours : Bernard Werber: troisième humanité
Autre : Le chien des enfers, qui d'autre ?

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: L'Histoire Sans Fin   Ven 25 Jan - 15:09

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui.
Sans un mot, le chien-loup disparu dans la forêt, et bientôt Cunégonde du courir pour le rattraper. Il lui avait peut être caché sa parole, mais il restait aussi son plus fidèle amis. Enfin, son seul amis !
Alors qu'elle courrait a perdre haleine entre les jeunes arbres des abords de la forêt elle se rendit compte que la lumière allait faiblissante, une étrange et oppressante brume verte se dégageait des sous-bois et sa course se ralenti quand l’air poisseux devint presque palpable. -Reviens Ti-Rex, cria-t-elle...
Cunégonde se mit alors à tousser, la vue brouillée par un flot de larmes ininterrompu à cause de la brume verte, corrosive. Son esprit vascillait, elle voyait les arbres tourner autour d'elle et se sentit tomber au sol... Pour se réveiller quelques heures plus tard dans la position inconfortable qu'avait créer sa chute.
Elle n'arrivait pas à rassembler de pensée cohérente, elle senti quelque chose s'approcher, puis eu à peine conscience que ses vêtements se tendaient sous elle et que la cime des arbres commençait à bouger, elle senti une larme rouler sur sa joue alors que les ténèbres emplissaient à nouveau sa vue, ses lèvres formèrent un dernier mot, telle une prière aux dieux ''excuse-m...'' la vague de tristesse qui emplit la jeune fille dura un instant puis s'évapora dans le néant.
Elle retrouva son courage de guerrière et se leva d'un bond. La tête lui tourna quelques secondes, mais à peine cela avait cessé qu'elle était prête à repartir à la recherche de son nain de poche.
L’absence de son soi-disant seul ami ne lui avait pas sauté aux yeux car elle avait toujours été égoïste. Certain la disait même sans cœur mais elle n’avait que faire des racontars, tout ce qui l’intéressait c’était les bananes. Son obsession était telle qu’elle n’avait jamais compris l’allusion phallique sous-jacente de l’objet de sa quête. Toute à ses pensées elle fut surprise par un cri de douleur qui lui vrillait ses tympans. Déboussolée, elle se rendit compte que ce cri sortait de ses propres lèvres, causé par une cuisante douleur à son mollet. "La brume verte est un enchantement des fées, tu tournes en rond depuis tout à l'heure en divaguant ! Tu devrais rester sur tes gardes, elles tentent de te faire douter de toi-même." dit le Loup, recrachant un bout sanguinolent du pantalon de Cunégonde.
"C'est de toi que je commence a douter..."
La fille lorgnait la bouche sanglante du loup, après tout lui aussi pouvait être la victime des fées et cette gueule pleine de dents ne lui disait rien qui vaille. ils se contemplèrent ainsi pendant un moment mais furent distraient par une étrange mélopée s'élevant un peu plus loin.
"Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyehwgah’nagl fhtagn"
S'approchant aussi discrètement que possible ils découvrirent une clairière au coeur de laquelle ce qui semblait être des fée en toge noir poussait leur étrange chant guttural. Elles se tenaient en cercle autour de huit hautes pierre. Il fallait agir prudemment et trouver un moyen de contourner la clairière. Mais avant que Cunégonde n'ait pu faire un mouvement, une des fées se tourna vers elle et dit:
"Nous t'attendions, Cunégonde. Nous savons ce qui t'amène ici, et pour parvenir à tes fins tu devras accomplir cinq missions."
Je crains le pire...
-Cinq missions ? le fusil à pompe ré-apparut dans les mains de la jeune fille.
-Pas le temps, donner moi tout de suite un nain de poche, ou je vous passe sur le corps et je vais le chasser moi même.

_________________
''toute erreur assumée devient un choix artistique'' Edmond wells
Revenir en haut Aller en bas
Grand Dragon
avatar

Féminin Age : 24
Inscrit le : 20/12/2012
Messages : 3666
Localisation : Castelcerf
Autre : Libraire :)

Voir le profil de l'utilisateur http://le-dragon-qui-lit.blogspot.com

MessageSujet: Re: L'Histoire Sans Fin   Mar 5 Fév - 14:36

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui.
Sans un mot, le chien-loup disparu dans la forêt, et bientôt Cunégonde du courir pour le rattraper. Il lui avait peut être caché sa parole, mais il restait aussi son plus fidèle amis. Enfin, son seul amis !
Alors qu'elle courrait a perdre haleine entre les jeunes arbres des abords de la forêt elle se rendit compte que la lumière allait faiblissante, une étrange et oppressante brume verte se dégageait des sous-bois et sa course se ralenti quand l’air poisseux devint presque palpable. -Reviens Ti-Rex, cria-t-elle...
Cunégonde se mit alors à tousser, la vue brouillée par un flot de larmes ininterrompu à cause de la brume verte, corrosive. Son esprit vascillait, elle voyait les arbres tourner autour d'elle et se sentit tomber au sol... Pour se réveiller quelques heures plus tard dans la position inconfortable qu'avait créer sa chute.
Elle n'arrivait pas à rassembler de pensée cohérente, elle senti quelque chose s'approcher, puis eu à peine conscience que ses vêtements se tendaient sous elle et que la cime des arbres commençait à bouger, elle senti une larme rouler sur sa joue alors que les ténèbres emplissaient à nouveau sa vue, ses lèvres formèrent un dernier mot, telle une prière aux dieux ''excuse-m...'' la vague de tristesse qui emplit la jeune fille dura un instant puis s'évapora dans le néant.
Elle retrouva son courage de guerrière et se leva d'un bond. La tête lui tourna quelques secondes, mais à peine cela avait cessé qu'elle était prête à repartir à la recherche de son nain de poche.
L’absence de son soi-disant seul ami ne lui avait pas sauté aux yeux car elle avait toujours été égoïste. Certain la disait même sans cœur mais elle n’avait que faire des racontars, tout ce qui l’intéressait c’était les bananes. Son obsession était telle qu’elle n’avait jamais compris l’allusion phallique sous-jacente de l’objet de sa quête. Toute à ses pensées elle fut surprise par un cri de douleur qui lui vrillait ses tympans. Déboussolée, elle se rendit compte que ce cri sortait de ses propres lèvres, causé par une cuisante douleur à son mollet. "La brume verte est un enchantement des fées, tu tournes en rond depuis tout à l'heure en divaguant ! Tu devrais rester sur tes gardes, elles tentent de te faire douter de toi-même." dit le Loup, recrachant un bout sanguinolent du pantalon de Cunégonde.
"C'est de toi que je commence a douter..."
La fille lorgnait la bouche sanglante du loup, après tout lui aussi pouvait être la victime des fées et cette gueule pleine de dents ne lui disait rien qui vaille. ils se contemplèrent ainsi pendant un moment mais furent distraient par une étrange mélopée s'élevant un peu plus loin.
"Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyehwgah’nagl fhtagn"
S'approchant aussi discrètement que possible ils découvrirent une clairière au coeur de laquelle ce qui semblait être des fée en toge noir poussait leur étrange chant guttural. Elles se tenaient en cercle autour de huit hautes pierre. Il fallait agir prudemment et trouver un moyen de contourner la clairière. Mais avant que Cunégonde n'ait pu faire un mouvement, une des fées se tourna vers elle et dit:
"Nous t'attendions, Cunégonde. Nous savons ce qui t'amène ici, et pour parvenir à tes fins tu devras accomplir cinq missions."
Je crains le pire...
-Cinq missions ? le fusil à pompe ré-apparut dans les mains de la jeune fille.
-Pas le temps, donner moi tout de suite un nain de poche, ou je vous passe sur le corps et je vais le chasser moi même.
Les fées sortirent alors des arcs en or et les pointèrent vers Cunégonde... qui rangea lentement son fusil à pompe...
- Je vous écoute...
- Ta première mission consiste à monter en haut du plus haut arbre de la forêt pour nous apporter...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Ange Gardien
avatar

Féminin Inscrit le : 22/01/2013
Messages : 1477
Localisation : Paradis

Voir le profil de l'utilisateur http://nanimaginaire.wordpress.com

MessageSujet: Re: L'Histoire Sans Fin   Ven 3 Mai - 14:19

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui.
Sans un mot, le chien-loup disparu dans la forêt, et bientôt Cunégonde du courir pour le rattraper. Il lui avait peut être caché sa parole, mais il restait aussi son plus fidèle amis. Enfin, son seul amis !
Alors qu'elle courrait a perdre haleine entre les jeunes arbres des abords de la forêt elle se rendit compte que la lumière allait faiblissante, une étrange et oppressante brume verte se dégageait des sous-bois et sa course se ralenti quand l’air poisseux devint presque palpable. -Reviens Ti-Rex, cria-t-elle...
Cunégonde se mit alors à tousser, la vue brouillée par un flot de larmes ininterrompu à cause de la brume verte, corrosive. Son esprit vascillait, elle voyait les arbres tourner autour d'elle et se sentit tomber au sol... Pour se réveiller quelques heures plus tard dans la position inconfortable qu'avait créer sa chute.
Elle n'arrivait pas à rassembler de pensée cohérente, elle senti quelque chose s'approcher, puis eu à peine conscience que ses vêtements se tendaient sous elle et que la cime des arbres commençait à bouger, elle senti une larme rouler sur sa joue alors que les ténèbres emplissaient à nouveau sa vue, ses lèvres formèrent un dernier mot, telle une prière aux dieux ''excuse-m...'' la vague de tristesse qui emplit la jeune fille dura un instant puis s'évapora dans le néant.
Elle retrouva son courage de guerrière et se leva d'un bond. La tête lui tourna quelques secondes, mais à peine cela avait cessé qu'elle était prête à repartir à la recherche de son nain de poche.
L’absence de son soi-disant seul ami ne lui avait pas sauté aux yeux car elle avait toujours été égoïste. Certain la disait même sans cœur mais elle n’avait que faire des racontars, tout ce qui l’intéressait c’était les bananes. Son obsession était telle qu’elle n’avait jamais compris l’allusion phallique sous-jacente de l’objet de sa quête. Toute à ses pensées elle fut surprise par un cri de douleur qui lui vrillait ses tympans. Déboussolée, elle se rendit compte que ce cri sortait de ses propres lèvres, causé par une cuisante douleur à son mollet. "La brume verte est un enchantement des fées, tu tournes en rond depuis tout à l'heure en divaguant ! Tu devrais rester sur tes gardes, elles tentent de te faire douter de toi-même." dit le Loup, recrachant un bout sanguinolent du pantalon de Cunégonde.
"C'est de toi que je commence a douter..."
La fille lorgnait la bouche sanglante du loup, après tout lui aussi pouvait être la victime des fées et cette gueule pleine de dents ne lui disait rien qui vaille. ils se contemplèrent ainsi pendant un moment mais furent distraient par une étrange mélopée s'élevant un peu plus loin.
"Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyehwgah’nagl fhtagn"
S'approchant aussi discrètement que possible ils découvrirent une clairière au coeur de laquelle ce qui semblait être des fée en toge noir poussait leur étrange chant guttural. Elles se tenaient en cercle autour de huit hautes pierre. Il fallait agir prudemment et trouver un moyen de contourner la clairière. Mais avant que Cunégonde n'ait pu faire un mouvement, une des fées se tourna vers elle et dit:
"Nous t'attendions, Cunégonde. Nous savons ce qui t'amène ici, et pour parvenir à tes fins tu devras accomplir cinq missions."
Je crains le pire...
-Cinq missions ? le fusil à pompe ré-apparut dans les mains de la jeune fille.
-Pas le temps, donner moi tout de suite un nain de poche, ou je vous passe sur le corps et je vais le chasser moi même.
Les fées sortirent alors des arcs en or et les pointèrent vers Cunégonde... qui rangea lentement son fusil à pompe...
- Je vous écoute...
- Ta première mission consiste à monter en haut du plus haut arbre de la forêt pour nous apporter des bananas split !
- Des quoi ? demanda Cunégonde ahurie.
- Tu as très bien entendue ! Monte dans l'arbre Bananatier et rapporte nous un Bananas split !

_________________

Un grand merci à Kallindra pour cette magnifique signature !
Revenir en haut Aller en bas
Fidèle
avatar

Masculin Age : 22
Inscrit le : 16/01/2013
Messages : 655
Localisation : Belgique
Livre en cours : Bernard Werber: troisième humanité
Autre : Le chien des enfers, qui d'autre ?

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: L'Histoire Sans Fin   Ven 3 Mai - 15:35

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui.
Sans un mot, le chien-loup disparu dans la forêt, et bientôt Cunégonde du courir pour le rattraper. Il lui avait peut être caché sa parole, mais il restait aussi son plus fidèle amis. Enfin, son seul amis !
Alors qu'elle courrait a perdre haleine entre les jeunes arbres des abords de la forêt elle se rendit compte que la lumière allait faiblissante, une étrange et oppressante brume verte se dégageait des sous-bois et sa course se ralenti quand l’air poisseux devint presque palpable. -Reviens Ti-Rex, cria-t-elle...
Cunégonde se mit alors à tousser, la vue brouillée par un flot de larmes ininterrompu à cause de la brume verte, corrosive. Son esprit vascillait, elle voyait les arbres tourner autour d'elle et se sentit tomber au sol... Pour se réveiller quelques heures plus tard dans la position inconfortable qu'avait créer sa chute.
Elle n'arrivait pas à rassembler de pensée cohérente, elle senti quelque chose s'approcher, puis eu à peine conscience que ses vêtements se tendaient sous elle et que la cime des arbres commençait à bouger, elle senti une larme rouler sur sa joue alors que les ténèbres emplissaient à nouveau sa vue, ses lèvres formèrent un dernier mot, telle une prière aux dieux ''excuse-m...'' la vague de tristesse qui emplit la jeune fille dura un instant puis s'évapora dans le néant.
Elle retrouva son courage de guerrière et se leva d'un bond. La tête lui tourna quelques secondes, mais à peine cela avait cessé qu'elle était prête à repartir à la recherche de son nain de poche.
L’absence de son soi-disant seul ami ne lui avait pas sauté aux yeux car elle avait toujours été égoïste. Certain la disait même sans cœur mais elle n’avait que faire des racontars, tout ce qui l’intéressait c’était les bananes. Son obsession était telle qu’elle n’avait jamais compris l’allusion phallique sous-jacente de l’objet de sa quête. Toute à ses pensées elle fut surprise par un cri de douleur qui lui vrillait ses tympans. Déboussolée, elle se rendit compte que ce cri sortait de ses propres lèvres, causé par une cuisante douleur à son mollet. "La brume verte est un enchantement des fées, tu tournes en rond depuis tout à l'heure en divaguant ! Tu devrais rester sur tes gardes, elles tentent de te faire douter de toi-même." dit le Loup, recrachant un bout sanguinolent du pantalon de Cunégonde.
"C'est de toi que je commence a douter..."
La fille lorgnait la bouche sanglante du loup, après tout lui aussi pouvait être la victime des fées et cette gueule pleine de dents ne lui disait rien qui vaille. ils se contemplèrent ainsi pendant un moment mais furent distraient par une étrange mélopée s'élevant un peu plus loin.
"Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyehwgah’nagl fhtagn"
S'approchant aussi discrètement que possible ils découvrirent une clairière au coeur de laquelle ce qui semblait être des fée en toge noir poussait leur étrange chant guttural. Elles se tenaient en cercle autour de huit hautes pierre. Il fallait agir prudemment et trouver un moyen de contourner la clairière. Mais avant que Cunégonde n'ait pu faire un mouvement, une des fées se tourna vers elle et dit:
"Nous t'attendions, Cunégonde. Nous savons ce qui t'amène ici, et pour parvenir à tes fins tu devras accomplir cinq missions."
Je crains le pire...
-Cinq missions ? le fusil à pompe ré-apparut dans les mains de la jeune fille.
-Pas le temps, donner moi tout de suite un nain de poche, ou je vous passe sur le corps et je vais le chasser moi même.
Les fées sortirent alors des arcs en or et les pointèrent vers Cunégonde... qui rangea lentement son fusil à pompe...
- Je vous écoute...
- Ta première mission consiste à monter en haut du plus haut arbre de la forêt pour nous apporter des bananas split !
- Des quoi ? demanda Cunégonde ahurie.
- Tu as très bien entendue ! Monte dans l'arbre Bananatier et rapporte nous un Bananas split !

- Mais ou ce situe cet arbre ?
La fée se retourna et pointa du doigt un tronc aux dimensions d'un immeuble se trouvant à l'autre extrémité de la petite clairière... Soudain le tronc se fendit en deux tel une porte coulissante et cunégonde put percevoir une légère mélodie provenant de la petite pièce ainsi découverte... Quand elle pénétra à l'intérieur elle ne découvrit rien d'autre que d'étranges boutons...

_________________
''toute erreur assumée devient un choix artistique'' Edmond wells
Revenir en haut Aller en bas
Ange Gardien
avatar

Féminin Inscrit le : 22/01/2013
Messages : 1477
Localisation : Paradis

Voir le profil de l'utilisateur http://nanimaginaire.wordpress.com

MessageSujet: Re: L'Histoire Sans Fin   Sam 18 Mai - 19:23

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui.
Sans un mot, le chien-loup disparu dans la forêt, et bientôt Cunégonde du courir pour le rattraper. Il lui avait peut être caché sa parole, mais il restait aussi son plus fidèle amis. Enfin, son seul amis !
Alors qu'elle courrait a perdre haleine entre les jeunes arbres des abords de la forêt elle se rendit compte que la lumière allait faiblissante, une étrange et oppressante brume verte se dégageait des sous-bois et sa course se ralenti quand l’air poisseux devint presque palpable. -Reviens Ti-Rex, cria-t-elle...
Cunégonde se mit alors à tousser, la vue brouillée par un flot de larmes ininterrompu à cause de la brume verte, corrosive. Son esprit vascillait, elle voyait les arbres tourner autour d'elle et se sentit tomber au sol... Pour se réveiller quelques heures plus tard dans la position inconfortable qu'avait créer sa chute.
Elle n'arrivait pas à rassembler de pensée cohérente, elle senti quelque chose s'approcher, puis eu à peine conscience que ses vêtements se tendaient sous elle et que la cime des arbres commençait à bouger, elle senti une larme rouler sur sa joue alors que les ténèbres emplissaient à nouveau sa vue, ses lèvres formèrent un dernier mot, telle une prière aux dieux ''excuse-m...'' la vague de tristesse qui emplit la jeune fille dura un instant puis s'évapora dans le néant.
Elle retrouva son courage de guerrière et se leva d'un bond. La tête lui tourna quelques secondes, mais à peine cela avait cessé qu'elle était prête à repartir à la recherche de son nain de poche.
L’absence de son soi-disant seul ami ne lui avait pas sauté aux yeux car elle avait toujours été égoïste. Certain la disait même sans cœur mais elle n’avait que faire des racontars, tout ce qui l’intéressait c’était les bananes. Son obsession était telle qu’elle n’avait jamais compris l’allusion phallique sous-jacente de l’objet de sa quête. Toute à ses pensées elle fut surprise par un cri de douleur qui lui vrillait ses tympans. Déboussolée, elle se rendit compte que ce cri sortait de ses propres lèvres, causé par une cuisante douleur à son mollet. "La brume verte est un enchantement des fées, tu tournes en rond depuis tout à l'heure en divaguant ! Tu devrais rester sur tes gardes, elles tentent de te faire douter de toi-même." dit le Loup, recrachant un bout sanguinolent du pantalon de Cunégonde.
"C'est de toi que je commence a douter..."
La fille lorgnait la bouche sanglante du loup, après tout lui aussi pouvait être la victime des fées et cette gueule pleine de dents ne lui disait rien qui vaille. ils se contemplèrent ainsi pendant un moment mais furent distraient par une étrange mélopée s'élevant un peu plus loin.
"Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyehwgah’nagl fhtagn"
S'approchant aussi discrètement que possible ils découvrirent une clairière au coeur de laquelle ce qui semblait être des fée en toge noir poussait leur étrange chant guttural. Elles se tenaient en cercle autour de huit hautes pierre. Il fallait agir prudemment et trouver un moyen de contourner la clairière. Mais avant que Cunégonde n'ait pu faire un mouvement, une des fées se tourna vers elle et dit:
"Nous t'attendions, Cunégonde. Nous savons ce qui t'amène ici, et pour parvenir à tes fins tu devras accomplir cinq missions."
Je crains le pire...
-Cinq missions ? le fusil à pompe ré-apparut dans les mains de la jeune fille.
-Pas le temps, donner moi tout de suite un nain de poche, ou je vous passe sur le corps et je vais le chasser moi même.
Les fées sortirent alors des arcs en or et les pointèrent vers Cunégonde... qui rangea lentement son fusil à pompe...
- Je vous écoute...
- Ta première mission consiste à monter en haut du plus haut arbre de la forêt pour nous apporter des bananas split !
- Des quoi ? demanda Cunégonde ahurie.
- Tu as très bien entendue ! Monte dans l'arbre Bananatier et rapporte nous un Bananas split !
- Mais ou ce situe cet arbre ?
La fée se retourna et pointa du doigt un tronc aux dimensions d'un immeuble se trouvant à l'autre extrémité de la petite clairière... Soudain le tronc se fendit en deux tel une porte coulissante et cunégonde put percevoir une légère mélodie provenant de la petite pièce ainsi découverte... Quand elle pénétra à l'intérieur elle ne découvrit rien d'autre que d'étranges boutons...
- C'est quoi ce délire ? s'exclama-t-elle perplexe.
Elle examina les différents boutons : chacun possédait sa propre couleur, son propre diamètre et forme. Mais un se détachait des autres, il était jaune, comme la banane, et en possédait même la forme. Finalement, cela serait plus simple qu'elle ne l'avait cru...
Elle poussa le bouton et un click se fit entendre. Soudain, l'arbre se mit à vibrer, tel un tremblement de terre, et une trappe s'ouvrit sous ses pieds. Elle tomba à l'intérieur, sur une sorte de plateforme. Une autre vibration la secoua et...

_________________

Un grand merci à Kallindra pour cette magnifique signature !
Revenir en haut Aller en bas
Assidu
avatar

Masculin Inscrit le : 17/01/2013
Messages : 359

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: L'Histoire Sans Fin   Jeu 11 Juil - 8:05

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui.
Sans un mot, le chien-loup disparu dans la forêt, et bientôt Cunégonde du courir pour le rattraper. Il lui avait peut être caché sa parole, mais il restait aussi son plus fidèle amis. Enfin, son seul amis !
Alors qu'elle courrait a perdre haleine entre les jeunes arbres des abords de la forêt elle se rendit compte que la lumière allait faiblissante, une étrange et oppressante brume verte se dégageait des sous-bois et sa course se ralenti quand l’air poisseux devint presque palpable. -Reviens Ti-Rex, cria-t-elle...
Cunégonde se mit alors à tousser, la vue brouillée par un flot de larmes ininterrompu à cause de la brume verte, corrosive. Son esprit vascillait, elle voyait les arbres tourner autour d'elle et se sentit tomber au sol... Pour se réveiller quelques heures plus tard dans la position inconfortable qu'avait créer sa chute.
Elle n'arrivait pas à rassembler de pensée cohérente, elle senti quelque chose s'approcher, puis eu à peine conscience que ses vêtements se tendaient sous elle et que la cime des arbres commençait à bouger, elle senti une larme rouler sur sa joue alors que les ténèbres emplissaient à nouveau sa vue, ses lèvres formèrent un dernier mot, telle une prière aux dieux ''excuse-m...'' la vague de tristesse qui emplit la jeune fille dura un instant puis s'évapora dans le néant.
Elle retrouva son courage de guerrière et se leva d'un bond. La tête lui tourna quelques secondes, mais à peine cela avait cessé qu'elle était prête à repartir à la recherche de son nain de poche.
L’absence de son soi-disant seul ami ne lui avait pas sauté aux yeux car elle avait toujours été égoïste. Certain la disait même sans cœur mais elle n’avait que faire des racontars, tout ce qui l’intéressait c’était les bananes. Son obsession était telle qu’elle n’avait jamais compris l’allusion phallique sous-jacente de l’objet de sa quête. Toute à ses pensées elle fut surprise par un cri de douleur qui lui vrillait ses tympans. Déboussolée, elle se rendit compte que ce cri sortait de ses propres lèvres, causé par une cuisante douleur à son mollet. "La brume verte est un enchantement des fées, tu tournes en rond depuis tout à l'heure en divaguant ! Tu devrais rester sur tes gardes, elles tentent de te faire douter de toi-même." dit le Loup, recrachant un bout sanguinolent du pantalon de Cunégonde.
"C'est de toi que je commence a douter..."
La fille lorgnait la bouche sanglante du loup, après tout lui aussi pouvait être la victime des fées et cette gueule pleine de dents ne lui disait rien qui vaille. ils se contemplèrent ainsi pendant un moment mais furent distraient par une étrange mélopée s'élevant un peu plus loin.
"Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyehwgah’nagl fhtagn"
S'approchant aussi discrètement que possible ils découvrirent une clairière au coeur de laquelle ce qui semblait être des fée en toge noir poussait leur étrange chant guttural. Elles se tenaient en cercle autour de huit hautes pierre. Il fallait agir prudemment et trouver un moyen de contourner la clairière. Mais avant que Cunégonde n'ait pu faire un mouvement, une des fées se tourna vers elle et dit:
"Nous t'attendions, Cunégonde. Nous savons ce qui t'amène ici, et pour parvenir à tes fins tu devras accomplir cinq missions."
Je crains le pire...
-Cinq missions ? le fusil à pompe ré-apparut dans les mains de la jeune fille.
-Pas le temps, donner moi tout de suite un nain de poche, ou je vous passe sur le corps et je vais le chasser moi même.
Les fées sortirent alors des arcs en or et les pointèrent vers Cunégonde... qui rangea lentement son fusil à pompe...
- Je vous écoute...
- Ta première mission consiste à monter en haut du plus haut arbre de la forêt pour nous apporter des bananas split !
- Des quoi ? demanda Cunégonde ahurie.
- Tu as très bien entendue ! Monte dans l'arbre Bananatier et rapporte nous un Bananas split !
- Mais ou ce situe cet arbre ?
La fée se retourna et pointa du doigt un tronc aux dimensions d'un immeuble se trouvant à l'autre extrémité de la petite clairière... Soudain le tronc se fendit en deux tel une porte coulissante et cunégonde put percevoir une légère mélodie provenant de la petite pièce ainsi découverte... Quand elle pénétra à l'intérieur elle ne découvrit rien d'autre que d'étranges boutons...
- C'est quoi ce délire ? s'exclama-t-elle perplexe.
Elle examina les différents boutons : chacun possédait sa propre couleur, son propre diamètre et forme. Mais un se détachait des autres, il était jaune, comme la banane, et en possédait même la forme. Finalement, cela serait plus simple qu'elle ne l'avait cru...
Elle poussa le bouton et un click se fit entendre. Soudain, l'arbre se mit à vibrer, tel un tremblement de terre, et une trappe s'ouvrit sous ses pieds. Elle tomba à l'intérieur, sur une sorte de plateforme. Une autre vibration la secoua et le sol la percuta violement lui arrachant un cri. Un éclair de douleur traversa sa jambe droite et elle sombra dans l’inconscience. Elle fut réveillée par la chaleur d’un feu et ouvrit les yeux sur des flammes crépitant à quelques centimètres de son visage.
-Tiens t’es réveillé !
Un nain minuscule se tenait de l’autre côté du feu. Il avait la taille pour tenir dans une poche et sa toute petite barbe blanche était aussi ridicule que son habit bleu et vert.
-Les fées t’ont piégé comme moi il y a bien longtemps. Dit-il. Elles nous piègent ici et nous utilise comme esclave quand l’envie leurs en prend.
-En esclave pour quoi ? demanda Cunégonde.
Le regard du nain se fut fuyant, s’interrogeant sur ce brusque changement de comportement la jeune fille se rendit compte qu’elle avait été dépouillée de toutes ses possessions, jusqu'à ses propres vêtements et se tenait entièrement nue.

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Histoire Sans Fin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [Ende, Michael] L'histoire sans fin
» Ende, Michael - L'Histoire sans fin
» L'histoire sans fin!
» [Jeu] L'histoire sans fin
» L'Histoire sans fin II: un nouveau chapitre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lecture-imaginaire :: Détente :: Se détendre sans trop d'effort : le flood !-